skip to Main Content

Le projet d’épicerie locale et coopérative est sur les rails !

L’aventure de l’épicerie démarre

Après un appel lancé courant avril, un petit groupe de personnes motivées s’est réuni pour la première fois ce mardi 02 mai 2017.

épicerieAu programme du jour :

  • La genèse du projet
  • Pourquoi une épicerie coopérative
  • La coopérative – explications
  • Les coopérateurs, les différents types, avantages
  • Analyse des résultats de l’enquête lancée en février auprès d’environ 450 personnes
  • Questions et réponses

En résumé…

Ce projet d’épicerie collaborative est né de notre expérience de la ruche qui dit oui. En effet, nous avons constaté au fil des distributions, en discutant avec nos membres plusieurs points auxquels la Ruche ne pouvait répondre facilement.

Je cite par exemple :

  • un horaire beaucoup moins contraignant
  • pouvoir dépanner sans devoir prévoir à l’avance
  • Un « magasin » réel, sortant du web
  • « voir » les produits
  • une politique de prix compétitive

Nous avons donc effectué tout d’abord un sondage lors de l’apéro du nouvel an, ainsi qu’une enquête en ligne. Ainsi les résultats des 2 enquêtes ont montré le réel désir d’avoir une épicerie au cœur du village.

Pourquoi partir sur une coopérative ?

Tout simplement pour rester dans les valeurs qui son les nôtres depuis la création de notre ASBL :

  • re-dynamiser la vie du village
  • favoriser les circuits courts
  • démarche citoyenne et caractère collectif et démocratique du projet.

L’épicerie s’inspirera largement de ce qui s’est fait à Nethen dans le Brabant Wallon au niveau des types de coopérateurs et du mode de fonctionnement. Nous pensons donc partir sur 4 types de parts (les prix de celles-ci restent à fixer)

  • A : les garants de la finalité sociale du projet : le groupe porteur (achat de parts et implication active, responsables solidairement)
  • B : les coopératifs actifs (achat de parts et aide active)
  • C : les fournisseurs (achat de part)
  • D : les coopérateurs de soutien (achat de parts)

Etre coopérateur apportera probablement un avantage financier lors de ses achats. L’épicerie sera néanmoins accessible à tous les clients occasionnels.

Les décisions à prendre …

Les choix stratégiques à relever seront nombreux afin de préserver le fragile équilibre entre l’offre d’un service de proximité et la nature même du projet. Est-il par exemple, envisageable de proposer côte à côte des produits de marque en vente dans les grandes surfaces et des produits locaux et/ou bio? Très vite, cette option a été écartée afin de ne pas dénaturer le projet. Les participants sont unanimes pour privilégier exclusivement des produits locaux et bio. Néanmoins, un produit étranger pourrait être accepté pour autant qu’un des aspects du développement durable soit respecté. Par exemple il serait possible d’accepter des oranges de Sicile pour autant que le transport ait été réfléchi (un déplacement pour fournir plusieurs points de vente), ou que le producteur soit bio et ne soit pas une multinationale, etc …

Un autre choix stratégique concerne évidemment le prix de la part: 50 EUR? 100 EUR? 20 EUR? Le prix de la part et le nombre de parts vendues détermineront le capital de départ. Il est donc primordial de fixer un prix suffisamment démocratique tout en permettant de capitaliser suffisamment de fonds de départ.

Au niveau du mode de financement, le crowdfunding s’est dégagé (Kiss Kiss Bank Bank, Miimosa). L’appel à projet « Vis mon village » de la Fondation Roi Baudoin permettrait également de financer en partie l’épicerie.

Mais avant de se lancer:

Place à la rencontre avec les acteurs de terrain qui à l’instar de notre projet œuvrent dans les initiatives citoyennes de consommation locale. Nous nous fixons l’objectif de les rencontrer afin d’y recueillir leurs expériences et précieux conseils. Citons entre autres: La ceinture aliment-Terre de Liège ou Paysans Artisans.

Un projet par et pour les citoyens:

Le projet ouvre des perspectives de rencontres et de convivialité. Déjà certaines idées d’activités ont émergé afin d’attirer les consomm’acteurs et de stimuler la consommation locale: trocante de légumes ou de fruits, ateliers cuisine etc …

En conclusion: 

Le projet est passionnant mais le travail à accomplir est immense! Nous pouvons néanmoins compter sur des personnes convaincues et motivées.

 

La prochaine réunion du groupe porteur est fixée au 6 juin à 20h. Si vous souhaitez y participer, merci de nous contacter .

 

 

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre Mailing-List !

Rejoignez notre Mailing-List !

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles des activités de l'ASBL, du repair café, du projet d'épicerie coopérative... 

Vous êtes bien inscrit ! Merci pour votre intérêt

Back To Top
Rechercher